QUI EST DEAD BIRD LADY?

2 pieds, 10 doigts, 1 voix. C’est tout ce dont Dead Bird Lady a besoin pour suspendre le temps.

Entre sonorités alternatives et influences folkloriques, cette musicienne multi-instrumentiste choisit méticuleusement ses armes de prédilection : tantôt la mandoline, tantôt la guitare, le violon, l’autoharp, tout à la fois, ou simplement sa voix seule. C’est en solo qu’elle nous livre une musique teintée d´émotions et de souvenirs. Au travers de ses balades envoûtantes et mélodies oniriques on croirait entendre les échos de Fleet foxes, Florence Welsh, Villagers, Fiona Apple, ou encore Fredrika Stahl.

Et ce nom alors ? La légende de Dead Bird Lady est une longue histoire de vieille maison islandaise, d’oiseau empaillé et de reconstruction émotionnelle : Dead Bird Lady c’est l’alter-égo de Laura, celle qui ose chanter au micro tous ses secrets.

Ses inspirations, très éclectiques, vont du rock 70’s dans lequel elle a grandi, au folklore latino-americain de ses origines, ses rencontres musicales islandaises, en passant par quelques claques musicales telles que Kate Bush, Grizzly Bear, Prince, The Cranberries, Divine Comedy, Emilie Simon, ou encore Keziah Jones : des artistes entiers et voyageurs, aux univers distincts et sans concessions. C’est ce courage et cette franchise musicale qu’elle gardera au fondement de son projet Dead Bird Lady : des compositions carthartiques qui marquent les esprits.

Après avoir écumé les scènes islandaises jusque 2019, l’autrice-compositrice-interprète revient à Paris, où elle réside désormais, pour travailler sur son premier EP qui sortira en 2021.

Son premier single “February” est disponible dès aujourd’hui sur toutes les plateformes.